Operation Teapot : Si l'apocalypse nucléaire survient, au moins il y aura de la bière 🍺

Publié le 22 mai 2020 par Charles Eddy, traducteur juridique à Lille.


Photo par Wil Stewart

Vous connaissez peut-être « Operation Teapot », une série d’essais nucléaires réalisés aux États-Unis aux années 1950. ☢️

Mais saviez-vous qu’en 1954, pendant ce même cycle d’essais, l’État a effectué des « Civil effects tests », et parmi ceux-ci, le test n° 32.2, qui visait à évaluer les effets de l’irradiation sur les bières et sodas ?

Passionnant !

Les scientifiques ont placé des échantillons à différentes distances d’une bombe nucléaire (387 m ; 685 m ; 1,4 km ; 1,6 km ; 2 km ; et 3,2 km), et puis boum 💥 !

Ils ont découvert que, malgré une forte contamination du contenant, le contenu restait relativement peu contaminé, et pouvait (selon eux) être consommé dans l’urgence suivant une attaque nucléaire. 🎉

Les échantillons placés à 1,4 km et au-delà, quant à eux, n’étaient même pas radioactifs ! 🎉🎉

Mieux, seuls les échantillons à 387 m de distance montraient une (faible) altération du goût. (Je plains celui qui a eu le malheur d’avoir cette mission, d’ailleurs…)

En résumé, si la bombe atomique rase la ville voisine, ne désespérez pas : la bière restera buvable. 🍺

Enfin, si vous êtes du genre curieux, vous pouvez lire le rapport d’essai ici.