Vous pensez faire traduire le site web de votre entreprise ? Voici 6 conseils clés pour obtenir une traduction réussie.

Publié le 4 décembre 2017 par Charles Eddy |   Share


Photo par : Igor Miske

Quand on a une entreprise et on souhaite toucher une clientèle étrangère, faire traduire son site Internet en anglais est la toute première chose à faire, et il s’agit d'un choix souvent très vite rentabilisé.

En effet, l’anglais, en tant que première langue apprise mondialement et troisième langue maternelle au monde, est un choix idéal pour commencer à toucher un public plus large, juste avant l’espagnol (la deuxième langue maternelle après le chinois) et l’allemand (la première langue d’Europe).

À l’école, quasiment tout le monde doit apprendre l’anglais, et si on ne maîtrise pas tous la langue de Shakespeare du bout des doigts, nombreux sont les étrangers non-anglophones qui préfèrent consulter une page en anglais au lieu d’essayer de se rappeler de leurs cours de français LV2… Vous êtes sans doute passé par là…

Alors, prêt à s’aventurer vers des terres inconnues et faire traduire le site internet de votre entreprise ? Vous vous demandez comment vous y prendre ? Voici quelques astuces.

1. Choisissez le bon traducteur selon ses compétences

Tous les traducteurs n’ont pas les mêmes compétences. Bien que tous les traducteurs diplômés soient capables de traduire une variété de textes, on a chacun nos spécialités, nos préférences, nos talents et affinités.

Demander à un traducteur spécialisé dans le tourisme de traduire un site web pour une société dédiée à l’outillage industriel relève du non-sens ; il faut un spécialiste. De même, la traduction du site web d’un cabinet d’avocats bénéficiera de l’intervention d’un traducteur juridique, qui a l’habitude de manier la terminologie du domaine.

En revanche, les traducteurs ont généralement une bonne plume (c’est notre cœur de métier, tout de même), et pourront traduire la plupart des sites commerciaux sans problème.

Si votre site web comporte beaucoup de termes spécialisés ou spécifiques à votre corps de métier, pensez à un traducteur spécialisé dans votre domaine. Quasiment tous les bons professionnels vous mettront en relation avec le parfait traducteur pour votre site, même si certains individus moins scrupuleux accepteront votre traduction malgré le fait qu’ils n’ont pas les compétences nécessaires…

Par ailleurs, un bon traducteur ne vous proposera pas une traduction vers une langue autre que sa langue maternelle, sauf à avoir vécu au moins une bonne dizaine d’années immergé dans la langue et culture cibles. Optez donc toujours pour un traducteur de langue maternelle anglaise pour vos traductions vers l’anglais.

La SFT (la Société française de traducteurs, syndicat national de traducteurs professionnels en France) fournit un service gratuit de recherche vous permettant de trouver un traducteur pour chaque langue et chaque spécialité. Qui plus est, les traducteurs de la SFT sont de vrais professionnels, à jour de leurs obligations légales et signataires d’une charte de déontologie.

2. Ciblez votre public par région géographique

Le bon traducteur professionnel ne fait pas que traduire. Il conseille aussi, afin de donner les meilleures chances à votre site de réussir auprès de son public cible.

Il serait bien sûr plus facile si on pouvait avoir une seule traduction qui conviendrait pour tous les anglophones du monde. Mais ce n’est pas le cas.

L’anglais est la première langue en Angleterre, mais aussi dans le reste du Royaume-Uni (où il est souvent parlé différemment), aux États-Unis, dans une grande partie du Canada, en Afrique du Sud, en Australie et dans de nombreux autres territoires où elle fait partie des langues officielles (l’Inde, par exemple).

Vous savez que le français parlé au Québec n’est pas le même que celui qu’on parle en France, tout comme c’est le cas pour le français parlé en Afrique. En règle générale, les francophones se comprennent partout – plus ou moins – mais pas toujours parfaitement, et pas pour tout.

Et puis vendre, c’est autre chose ! Les clients sont plus aptes à acheter chez une entreprise qui leur parle dans la variante de langue qu’ils préfèrent. C’est aussi simple que cela. Vendre à vos clients américains sera donc plus facile si votre site apparaît en anglais américain.

Sans oublier qu’avec l’anglais, il se peut que vous vous adressiez également à une clientèle étrangère dont la langue maternelle n’est pas toujours l’anglais.

Comment procéder face à ce vaste champ de possibilités ?

Votre traducteur saura vous conseiller la meilleure marche à suivre. Par exemple, si vous avez une très grande clientèle en Angleterre, inutile de faire traduire votre site en anglais américain. Mais si vous ciblez un plus grand marché (le monde anglophone et/ou les étrangers non francophones qui ont appris l’anglais à l’école), la meilleure option est parfois de créer plusieurs variantes de votre site dans des dossiers séparés (un choix courant est trois variantes : /en, /en-us et /en-gb). Le contenu de chacune de ces variantes est similaire, mais adapté aux spécificités de chaque pays ou marché.

Le plus souvent, le traducteur ne vous facturera pas une traduction à tarif plein s’il ne s’agit que de différences relativement mineures (comme celles entre l’anglais américain et l’anglais britannique), et vous facturera un petit forfait ou un pourcentage pour la création de ces parties du site.

Le traducteur peut également proposer un service de « copywriting » (rédaction de texte), généralement facturé à l’heure, permettant d’aboutir à de nouveaux textes rédigés exprès pour le site anglais et spécifiquement conçus pour séduire une clientèle étrangère, qui exprime parfois des attentes différentes de celles des Français.

En ciblant parfaitement votre public, vous obtiendrez un site vraiment personnalisé pour tous les marchés anglophones qui comptent pour vous, sans avoir à débourser une fortune.

3. Préparez votre site avant de demander un devis

Pour quantifier le nombre de mots compris dans votre site et préparer un devis, votre traducteur aura besoin d’accéder aux textes à traduire. Selon le cas, il y a deux manières à procéder.

La première fonctionne très bien si vous avez un site vitrine ou un site Wordpress avec peu de contenus.

  • Sélectionnez le texte (y compris les titres) de chacune de vos pages, et collez-le dans un logiciel de traitement de texte (un document Word par page de votre site). Le traducteur aura tout ce qu’il faut pour compter le nombre de mots et effectuer un devis.

Plus votre site est complexe, moins pratique cette méthode sera pour vous. Si vous avez un site d’e-commerce ou un site qui comporte beaucoup de pages, il faut préférer la seconde méthode – et il vaudra mieux dans ce cas faire appel à un traducteur qui s’y connait en web design (voir le point suivant) ou qui travaillera en collabération avec un créateur de sites web.

  • Il suffit d’envoyer un dossier zippé contenant tout votre site (les dossiers comportant les images, les répertoires de fichiers HTML, scripts PHP/Java/etc. – vraiment tout). Le traducteur étudiera ces fichiers et en passera certains dans un logiciel pour déterminer le texte qu’il y a à traduire, puis calculera le tarif global à appliquer.

4. Demandez-vous si vous avez besoin d’un traducteur qui connait aussi le webdesign

Si vous vous y connaissez en webdesign et vous ne faites que traduire que les textes de votre site, tout traducteur professionnel (sous réserve de connaitre votre domaine – cf. point 1) pourra traduire votre site.

Mais on a tendance à oublier que le site est plus que le texte qu’on voit. Votre site comporte-t-il des formulaires PHP qui envoient un message au client quand on remplit un formulaire ? Il est primordial que ce texte soit traduit ! Et quid des images ou boutons comportant du texte ? Eux aussi doivent être traduits ! Même s’il ne s’agit que de deux ou trois mots par-ci et par-là, ne soyez pas tenté de les traduire vous-même. Si vous faites une erreur, c’est l’image de votre entreprise qui en prend un coup. Le coût pour traduire ces petites parties du site n’est pas très élevé. Il vaut mieux laisser ce travail au traducteur professionnel.

Que retenir ? Si vous faites traduire tout votre site – y compris les éléments sous-jacents –, choisir un traducteur qui s’y connait un minimum en webdesign et SEO est fortement conseillé. Cela vous évitera peut-être d’avoir à rappeler votre webmaster pour tout mettre à jour proprement, et donnera un résultat bien plus soigné.

5. Et les agences de traduction ?

Vous savez déjà que confier votre traduction à un professionnel est la seule manière d'assurer que le résultat sera à la hauteur des attentes d’une clientèle toujours plus exigeante. En revanche, savoir quand il faut faire appel à un cabinet de traduction plutôt qu’à un indépendant est une question difficile pour ceux qui ne sont pas du métier.

Plus que des spécialistes de traduction, les grands cabinets sont des spécialistes en gestion de projets de traduction. Plus votre projet est complexe, plus ça paraît logique de vous tourner vers une agence de traduction, car elles proposent des atouts pour gérer des projets multilingues d’une grande complexité.

L’avantage principal des agences de traduction sera donc dans le cas de figure suivant :

  1. Vous voulez que votre site soit traduit en beaucoup de langues. Dans ce cas, il sera certainement plus facile et moins chronophage pour vous de faire appel à une agence, où un gestionnaire de projets allègera votre charge de travail de recherche de traducteurs et de centralisation des informations. Pour les grandes entreprises multinationales, c’est souvent le choix le plus facile.

En revanche, les traducteurs indépendants présentent au moins 2 avantages non-négligeables pour les sites qui ne seront pas traduits en plus de 3 langues :

  1. Le lien direct avec le traducteur. Vous le choisissez, vous le connaissez, vous êtes sûr de ses compétences. Chez une agence, vous ne connaitrez jamais votre traducteur, et vous ne lui parlerez que par l’intermédiaire de votre gestionnaire de projets ; autrement dit, chez une agence, c’est un rapport très différent, qui a ses avantages et ses inconvénients, mais qui ne plaît pas à tout le monde.
  2. Un prix souvent plus intéressant. Le traducteur indépendant a moins de charges, moins de personnel, moins de coûts fixes. Même si le traducteur engage les services d’un relecteur externe, vous payerez certainement moins cher que si vous faisiez appel à une agence réputée.

Que retenir ? Il peut être préférable de choisir une agence si votre site sera traduit dans beaucoup de langues et si vous pensez ne pas avoir le temps pour choisir et communiquer avec les traducteurs de votre site. Mais si ce n'est pas le cas, choisir un traducteur indépendant peut s’avérer avantageux à plusieurs égards, ce qui vaut aussi pour d’autres types de traductions (documents commerciaux, contrats, etc.).

6. N’oubliez pas l’étape de la relecture

Parler à votre traducteur de la possibilité de faire relire la traduction par un relecteur externe est généralement une bonne idée.

Nul n’est parfait, et le risque de coquilles est toujours présent. Pour un surcoût peu élevé, le traducteur fera appel à un professionnel tiers pour assurer la relecture de votre site, vous donnant ainsi l’assurance que votre traduction ne comportera pas la moindre erreur ou incohérence.

Vous avez fait relire votre site en français, non ? Alors pourquoi ne feriez-vous pas de même pour votre site anglais ?

Conclusion

Faire traduire son site web est une étape importante pour les entreprises qui souhaitent séduire une clientèle non-francophone. Il s’agit surtout de bien préparer son site pour la traduction, de choisir le bon professionnel et de bien cibler votre clientèle étrangère.

En respectant ces étapes, vous ne manquerez pas de faire mouche auprès de vos clients étrangers !




Et vous, qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous, et à partager cet article sur Twitter, LinkedIn et Facebook  !

Et si vous cherchez à faire traduire le site web de votre entreprise, n’hésitez pas à me contacter. Je serai ravi d’en discuter avec vous !

Share